Lois sur les jeux de hasard en Asie – Guide pour débutants


Le jeu est plus qu’un simple passe-temps populaire en Asie, une notion soutenue par la croissance rapide de l’industrie dans toute la région Asie-Pacifique. Plusieurs formes de jeux d’argent opèrent presque exclusivement en Asie, ce qui en fait une attraction touristique à part entière, mais tout comme le vote populaire varie sur le continent, les lois régissant les actions des joueurs et des opérateurs varient également. Si ces lois peuvent devenir assez complexes et spécifiques, il est important de dépasser les différences avant de franchir les frontières.

Inde

Malgré l’intérêt considérable que suscitent les jeux de hasard dans tout le pays, certaines régions de l’Inde appliquent des lois strictes à leur encontre, qui remontent au XIXe siècle, tandis que d’autres n’appliquent que des généralités ambiguës. Certaines des législations les plus puissantes du pays en matière de jeux de hasard interdisent les casinos publics et la plupart des autres formes de jeux de hasard, à l’exception des courses de chevaux. Les États de Goa et de Sikkim font exception à cette règle en autorisant l’exploitation de casinos terrestres, mais le principal débouché pour les citoyens indiens se trouve en ligne. Il n’existe pas de loi contre les jeux d’argent en ligne dans le pays, et certains États, comme le Sikkim, soutiennent cette pratique depuis de nombreuses années.

Japon

Malgré l’imposition à long terme de règles strictes concernant les pratiques de jeu, le Japon est une nation de passionnés de placard qui sont profondément investis dans ce qui est devenu un marché de seize milliards de dollars. Les lois se sont assouplies ces dernières années, permettant aux casinos qui étaient auparavant hors la loi de mener leurs activités, bien que des réglementations strictes restent en place. Les citoyens et les résidents du Japon ont à leur disposition un éventail d’options de jeu, allant des événements sportifs comme les courses de chevaux, le cyclisme et le bateau aux machines à sous appelées Pachinko, une industrie qui contourne les restrictions sur les jeux de hasard en remplaçant les récompenses en espèces par des jetons échangeables.

Chine

Dans presque toutes les provinces de Chine, le gouvernement maintient une position ardente contre les jeux d’argent, jugeant toutes les formes de jeux illégales à l’exception des loteries gérées par le gouvernement ; cependant, les fondements d’autres formes ont été bien établis dans des régions administratives spéciales, comme Hong Kong et Macao, avec de grandes stations de casino. Connue sous le nom de « Las Vegas asiatique », Macao est à la tête d’une montée en flèche à long terme des jeux d’argent en Asie, qui rapportent des milliards de dollars de recettes chaque trimestre et attirent des touristes d’autres villes chinoises et de nombreuses destinations mondiales.

Thaïlande

Ce pays abrite certaines des réglementations les plus strictes du continent, qui interdisent toutes les formes de jeux d’argent, mais cela n’empêche pas nécessairement les amateurs de jeux de hasard. De nombreux résidents contournent les restrictions en participant à des activités de jeu en ligne ou en s’engageant avec des agents non autorisés, des méthodes qui échappent généralement aux efforts de surveillance des autorités chargées des jeux.

Malaisie

Des lois compliquées sur les jeux de hasard ont créé une confusion sur ce qui est légal et ce qui ne l’est pas en ce qui concerne les jeux de hasard en Malaisie. Par conséquent, comme les lois n’interdisent pas l’utilisation des jeux d’argent en ligne, les résidents peuvent utiliser ces sites sans pénalité. Cela explique l’abondance des jeux d’argent en ligne pour les Malaisiens, alors que plusieurs casinos du pays continuent à servir les visiteurs internationaux.

Philippines

Les lois sur les jeux d’argent aux Philippines sont parmi les plus confuses de la région, avec deux autorités distinctes qui établissent des précédents différents et une série de politiques récemment introduites pour lutter contre la corruption. Bien que le PAGCOR soit responsable des casinos et des bookmakers sur la majorité du territoire, la région de Cagayan a ses propres règles qui considèrent les casinos indépendants comme des ajouts légaux au paysage économique. Au milieu de la confusion, une décision est cohérente : les jeux en ligne avec des fournisseurs étrangers ne sont soumis à aucune restriction, tandis que les fournisseurs locaux ne doivent pas être utilisés.

Vietnam

Pendant de nombreuses années, les casinos vietnamiens ont été inaccessibles aux locaux, préférant ne servir que les étrangers, bien que cette décision soit en train d’être reconsidérée. Ce changement reflète le désir de tirer parti de la capacité de génération de revenus des établissements de jeu et de concurrencer les pays voisins pour des avantages économiques. Les lois anti-jeu sont toujours en vigueur et les enjeux peuvent être importants, mais en permettant aux locaux de fréquenter les casinos, les opérateurs vietnamiens entendent inviter un afflux d’investissements de la part des opérateurs mondiaux.

La morale de l’histoire est que les lois sur les jeux d’argent peuvent être complexes et varier considérablement d’un pays à l’autre, même à proximité, et que la recherche est le seul moyen d’en assurer la compréhension et le respect. Beaucoup de ces lois prévoient des conséquences sévères en cas de désobéissance. À moins que vous ne vouliez perdre plus que quelques poignées de monnaie locale, il faut donc s’informer sur les tendances juridiques avant de se lancer. Tant que vous vous y connaissez, une bonne expérience en Asie est un pari sûr.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*